Née en 2015 de la volonté de rendre le Louvre plus accessible, la Petite Galerie présente chaque année, pendant 10 mois, une exposition sur un thème transversal de l’histoire de l’art. Véritable introduction au musée, cet espace d'éducation artistique et culturelle invite chacun à apprendre à regarder et découvrir les œuvres.

« La Petite Galerie a pour ambition de donner aux visiteurs des clés d’observation et d’explication des œuvres, pour faire de la visite au musée un moment de plaisir et de découverte », selon Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre.

Après « Mythes Fondateurs » et « Corps en Mouvement », le thème de cette nouvelle exposition, portant sur le Théâtre du Pouvoir, fait à nouveau le lien entre des disciplines artistiques telles que la sculpture, la peinture ou encore la photographie afin d’offrir au visiteur une vision plutôt large et parfois inattendue de la représentation du pouvoir à travers l’art et les siècles. Surprendre, instruire et éduquer le regard sont les ambitions de la Petite Galerie du Louvre.
En quatre salles et 40 œuvres, ce sont tantôt les différentes figures du Prince, l’art comme outil de propagande à travers la figure d’Henri IV, les insignes et symboles du pouvoir, ou encore les figures de la Liberté, qui nous sont présentés à l’aide de dispositifs de médiation numériques (numérisation en 3D, diaporama, cartels et feuilletoirs numériques) ponctuant le parcours du visiteur pour le rendre plus vivant.

Ainsi, à travers l’analyse du tableau représentant Henri IV en Hercule terrassant l’hydre de Lerne et celle de la statuette du roi en Jupiter, le visiteur découvre comment le fondateur de la dynastie des Bourbons légitime son accession au trône en se référant à des mythes issus de l’Antiquité.

Egalement, une version itinérante de la Petite Galerie se rend à la rencontre des publics, sur leurs lieux de travail, d’étude, de vie, grâce à une exposition de reproductions d’œuvres. L’ambition est de susciter un intérêt pour l’art, de déclencher l’envie de franchir le seuil d’un musée qui reste intimidant pour de nombreuses personnes.

La Fondation PSA, mécène de La Petite Galerie depuis sa création, soutient les initiatives donnant l’accès à l’éducation et à la culture pour les publics fragiles, qu’ils subissent les freins du handicap, de l’âge, de la précarité économique ou de l’enclavement géographique.

La Petite Galerie, qui ouvre en grand les portes du musée, met à la disposition du public, un site dédié, une publication, des parcours de visites dans les collections pour prolonger la visite de l’exposition. En allant là où l’art se fait trop rare, entreprises ou hôpitaux par exemple, ce dispositif est en phase avec la mission d’inclusion sociale que s’est assignée la Fondation PSA.

PARTAGER